Arica

À l’extrémité septentrionale du Chili, juste au sud du Pérou, la charmante station balnéaire d’Arica attire de nombreux voyageurs. Rideau sur les points d’intérêt de la station.

Virée à Arica, entre plage et plateau montagneux

Pour beaucoup de voyageurs, le Chili évoque l’image d’un désert brûlant. C’est sans compter sur Arica, une destination de villégiature sur la côte nord qui bénéficie d’un éternel printemps. Un port actif, des plages de sable, et une température agréable variant entre 20o et 25o C expliquent l’essor du tourisme à Arica. En flânant dans la vieille ville, les mordus d’architecture seront heureux d’examiner les réalisations monumentales de Gustave Eiffel, dont la cathédrale Saint-Marc d’Arica. L’histoire coloniale est retracée fidèlement dans le musée de Sitio Colon 10. Cependant, c’est la qualité des sites naturels du Nord chilien qui fait surtout d’Arica une aire de repos populaire. Les randonneurs s’arrêtent dans les hôtels locaux pour se restaurer, avant de partir à la conquête de l’oasis fertile d’Azapa parsemée de fleurs et d’oliviers, et de s’aventurer plus loin au lac Chungara et dans le parc national Lauca. Réservez un vol pour Arica et passez un séjour balnéaire d’exception dans le Chili du Nord.

Histoire d’Arica

L’histoire de la ville est associée à son trafic portuaire. Elle prête son port à la Bolivie qui n’a pas d’ouverture maritime. Du xvie siècle jusqu’au début du xixe siècle, l’Espagne a gouverné Arica, pillant impunément ses richesses marines et minières. Son port a facilité l’exportation de l’argent bolivien extrait dans les mines de Potosi.

Après la chute de l’Empire espagnol, Arica tomba sous la coupe du Pérou. El Morro ̶ une formation rocheuse au sud de la ville ̶ a été le théâtre d’une bataille mémorable entre les forces chiliennes et péruviennes, baptisée « bataille d’Arica ». Cela s’est produit durant l’automne 1880. Les Chiliens y ont battu à plates coutures les Péruviens, ils sortirent victorieux de la guerre du Pacifique. Le différend entre les deux pays a pris fin en 1929 avec la signature du traité de Lima, dans lequel le Gouvernement péruvien s’engagea à céder Arica au Chili en échange d’un droit de souveraineté sur Tacna.

Aujourd’hui

Arica, l’ancienne colonie fondée par le capitaine Lucas Martinez de Begazo, abrite aujourd’hui près de 220 000 habitants. Elle a conservé son accent authentique, comme en témoignent les demeures seigneuriales de la fin du xixe siècle qui longent ses rues piétonnes. Il est désolant de constater que, malgré ses merveilles architecturales, Arica est quelque peu oubliée des touristes.

Trait d’union entre le Pérou et le Chili, la ville de l’éternel printemps est perçue comme un carrefour routier et ferroviaire et non comme une véritable station de tourisme. Les vallées avoisinantes sont plus fréquentées.

Lieux d’intérêt incontournables

Venir à Arica, c’est partir à la découverte d’un patrimoine architectural hors du commun, façonné par plusieurs siècles de domination espagnole et péruvienne. Donnez-vous la peine d’explorer la vieille ville avant de sillonner les merveilles du désert d’Atacama.

Patrimoine architectural et historique

La cathédrale Saint-Marc d’Arica

Construite dans les années 1870 sur l’ordre du président José Balta afin de compenser la perte de l’église Matriz, ravagée par un tremblement de terre, la cathédrale Saint-Marc est l’église mère d’Arica. Une visite est de rigueur pour contempler ce chef-d’œuvre de l’art néo-gothique.

L’ancienne station ferroviaire

Près du port et de l’ancien bâtiment de douane, la gare ferroviaire Arica-La Paz est également un symbole fort d’Arica. Reconvertie en musée, elle expose des trains à crémaillère historiques. Des musiciens, poètes et hommes de lettres se produisent occasionnellement sur les quais.

Le Christ de la Concorde

Si vous gravissez la colline du Morro, le Christ de la Concorde ne saurait se dérober à votre regard. Cette statue monumentale de 11 m de haut rappelle le pacte d’amitié entre le Chili et le Pérou après les longues années d’hostilité.

Musées

Des moments d’émotion sont à vivre dans les musées thématiques de la ville. Le musée d’Histoire et d’Armes met en lumière la bataille meurtrière qui eut lieu dans la forteresse du Morro, lorsque les Chiliens ont capturé la côte. Dans le musée de la Mer, les visiteurs auront droit à une collection de coquillages multicolores. Mais le coup de cœur est, sans conteste, le musée du Site de la culture Chonchorro, consacré à l’art funéraire de Chinchorro, une tribu préhistorique qui a occupé la côte d’Arica.

Patrimoine naturel

Le parc national Lauca

Des lacs d’eaux limpides, des rivières, des grottes et des volcans enneigés composent le cadre grandiose du Parc national Lauca. Les amoureux de pleine nature s’y réfugieront volontiers. Le parc dissimule des vestiges précolombiens.

El Morro

Autant pour l’histoire que pour la vue spectaculaire sur la mer, ce promontoire rocheux vaut la visite. Il s’y trouvait au siècle dernier un avant-poste militaire. Vous serez ravis d’apprendre le récit de la bataille d’Arica qui opposa les troupes péruviennes et chiliennes.

Plages côtières

Avec 20 kilomètres de côte sablonnée, le littoral d’Arica fait la joie des baigneurs et comble ceux qui pratiquent le surf, la planche à voile et le body board. Les plages les plus populaires sont El Laucho et la Licorne. Le pic rocheux est un rendez-vous des passionnés du parapente.

Informations pratiques

Meilleur moment pour partir à Arica

La clémence du climat d’Arica autorise des vacances hors saison. Si vous partez au premier bimestre ou au dernier bimestre de l’année, attendez-vous à une flambée des prix d’hôtels. L’automne et le printemps sont les mois les plus indiqués pour voyager pas cher.

Comment s’y rendre ?

Pour se rendre à Arica, le plus simple est d’emprunter la voie des airs. Plus d’une compagnie aérienne, comme Sky Airline, dessert l’aéroport de Calcutta depuis les principaux aéroports chiliens. Une distance de 18 km sépare l’aéroport de Calcutta du centre-ville.

Vous aimerez…

- Vous prélasser sur les plages ensoleillées ;

- Jouir d’une vue à 360 degrés au sommet de El Morocco, belvédère et lieu de mémoire immanquable ;

- Prendre en photo la magnifique cathédrale Saint-Marc ;

- Faire une randonnée dans la vallée d’Azapa ;

- Admirer la collection grandiose musée San Miguel de Azapa.

- Faire le tour du parc national Lauca.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Sarah de "Chili Voyage". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
09 70 46 57 67